Architecture : Le 13ème // NOTAN Office, Beyrouth

Pendant que j’écrivais l’article City Guide sur la ville de Beyrouth, je suis tombé sur cette oeuvre de la main de NOTAN Office, et je ne savais pas si l’inclure dans la liste de base, car étant une habitation privée, elle est invisitable, mais j’ai été tellement touché par la sensibilité et la qualité de cet intérieur, que je ne pouvais pas m’empêcher de lui consacrer un article : so let’s go!

Si vous ne le saviez pas, un des piliers de l’architecture moderne du début de siècle dernier, et défini par Le Corbusier, ce sont les toits-terrassés. Jusque là, la partie supérieure des constructions n’étaient jamais utilisées, nous retrouvons ainsi, par exemple, le toit haussmannien de la ville de Paris. Mais voilà que cette révolution moderne, nous a permi de marcher sur nos têtes, et de pouvoir profiter des terrasses et des vues, souvent à couper le souffle, qui nous entourent.

Le projet du 13ème, de la main du bureau d’architecte bruxellois NOTAN, propose d’habiter la terrasse de l’immeuble, en s’adaptant à sa structure et créant ainsi un appartement ensoleillé, ouvert, et qui donne sur les toits de Beyrouth.
Il est aussi important de rappeler, que dans la capitale libanaise, mais aussi dans le reste du pays, l’eau est stockée dans des réservoirs en haut des immeubles, dans ce cas, les architectes proposent de faire un seul réservoir d’eau commun, au-dessus de l’extension.

C’est un imposant bloqué de béton que nous retrouvons posé sur le haut de cet immeuble, donnant sur toute la ville . Une brutalité architecturale qui s’adoucit grâce aux ouvertures très presente qui font que la ville s’invite à l’intérieur de l’appartement.

 

Quant à l’intérieur, il s’organise autour de deux noyaux centrals où l’on retrouve les zones humides, et de la cuisine a un extrême. La froideur du béton et du sol de marbre blanc trituré se réchauffe avec les détails en bois.

Le mobilier n’ajoute qu’air, espace et légèreté à la pièce : des couleurs neutres et des touches de bois, en plus de la cuisine, étriquée dans son coin, entièrement du même material, donne un aspect noble et qualitatif à l’espace.

 

Le13ème_Plans_and_sections_3

4197-28

 

Jihane Meziane Ghazal

Atelier de projets : Le Corbusier et son couvent pas comme les autres !

Atelier de projets : Le Corbusier et son couvent pas comme les autres !

Hello hello !

 

« Ce couvent de rude béton est une œuvre d’amour. Il ne se parle pas. C’est de l’intérieur qu’il se vit. C’est à l’intérieur que se passe l’essentiel. » Le Corbusier

De retour pour un nouvel article Atelier,et cette fois-ci on va parler du  Couvent de la Tourette de notre cher Corbusier.

Le couvent de Sainte Marie de la Tourette est une des dernières oeuvres du maitre de l’architecture moderne. À l’apogée de sa carrière, on lui demande de construire un couvent, qui est en soi une construction religieuse, sociale et culturelle dominicaine, où les moines mènent une vie religieuse.  S’inspirant des couvents classiques, mais en les revisitant avec les cinq piliers de l’architecture moderne (toit-terrace, pilotis, façades libres, plans libres et fenêtres en bandeaux), en plus des mesures Modulor que l’on retrouve dans toutes ses constructions, l’architecte développe une oeuvre maitresse du XXème siècle.

b7f8151ee97d6f268be69bf0ea0605cdcaptura-de-pantalla-2016-12-02-a-las-13-03-01

En arrivant vers La Tourette, nous observons un bâtiment sur 3 étages, et beaucoup de béton, mais aussi un bloc, un parallélépipède aveugle,  séparé du reste : l’église.
Le couvent est donc formé d’un bâtiment en forme de U , où l’on trouve la bibliothèque, les salles communes en bas , et les cellules sur les étages du dessus. Puis une bâtiment fermant l’ouverture du U en forme d’I, comme dis plus haut, qui correspond a l’église.
Vue de l’autre côté, le Couvent paraît beaucoup plus imposant, sur une hauteur double sur pilotis, se démarquant de la pente naturelle du terrain, et en imposant sa propre ligne d’horizon.

20798692tumblr_m59new3mvu1qe0nlvo1_1280captura-de-pantalla-2016-11-30-a-las-14-53-0920e18a1c6f40629b736d794cc4869986

L’espace restant au milieu, se voit ajouter des connexions en forme de croix, pour faciliter le mouvement et les circulations au sein du bâtiment.

Quant aux façades, celle de l’église paraît aveugle, mais de l’intérieur nous pouvons voir de fins puis de lumière imprescriptible depuis l’extérieur. Les autres façades, étant libres, elles permettent un jeu entre les carrées façons Mondrian, et de fines lignes de lumière.

Nous avons aussi un toit-terrace,  resté vierge, avec un mur assez haut, où vous pouvez vous balader tout en ayant une vue sur l’horizon lointain .

 

img_8302-lighla-tourette-le-corbusier-archeyes-4couvent-tourette-facadeinterieure

Voilà pour cet article, mon exercice s’agit de developer un espace avec plus de chambres et une zone commune de 300m2 pour les visiteurs . On peut dire que j’y travaille!

« Ce couvent de rude béton est une œuvre d’amour. Il ne se parle pas. C’est de l’intérieur qu’il se vit. C’est à l’intérieur que se passe l’essentiel. » Le Corbusier

Sin título-1

menuproceso-la-tourette

hibrido3hibrido-2hibrido5hibrido1

See you soon !

 

 

 

Casablanca : on se trompe! et Art Deco

Casablanca : on se trompe! et Art Deco

Hey vous !

“Casablanca est belle quand on la regarde avec les bons yeux.”

On se retrouve pour parler d’architecture moderne Casablancaise, et cette fois on parle d’un style que j’aime vraiment beaucoup (c’est pour ca qu’il a droit à son article à lui tout seul): l’Art Deco.

J’ai découvert ce style juste avant de commencer mes études, lors d’un voyage à Miami en Floride, où l’on trouve encore les immeubles sur trois étages encore en pleine vie, avec leurs couleurs et leurs lumières : un voyage dans le temps. On a la chance d’avoir notre part d’Art Deco à Casablanca, comment reconnaitre l’art Deco ? des bâtiments à allure de paquebot, fenêtres hublot ou carrés, casquetes sur les ouvertures, verrières, le refus de l’angle droit pour des formes plus arrondies,  et surtout un fronton sur les façades !

Je partage avec vous tout d’abord des photos que j’ai prises dans le centre ville extramuros de la capitale économique. Plus bas, vous trouverez des images de Casablanca dans les années 20, apogée de l’art Deco.

Je m’attarde  tout de même sur l’Hôtel Anfa, qui a connu une conférence entre le président des États-Unis, Franklin Roosevelt , le Premier ministre britannique, Winston Churchill, et de Gaulle, en 1943, à fin de se préparer pour la WWII. Un des nombreux bijoux historiques en plus d’architecturales qui c’est malheureusement vues se détruire après l’indépendance du Maroc, qui a eu comme conséquence supprimer toutes constructions françaises faite durant le Protectorat.

ABD_5221ABD_5265ABD_5266ABD_5273ABD_5276

 


 

 

Hôtel Anfa

3966 Les secrets de Anfa Hotel

 

 

Je finis ce billet en vous disant que tous ceux qui passent par Casablanca, passe acoté de ce qu’est réellement Casablanca. Les touristes se trompent, les Marocains se trompent et les Casablancais se trompent. Il est important que l’on développe une conscience urbanistique et culturelle, qu’on apprenne à regarder notre ville, et qu’on la respecte. C’est des fois désolant de voir l’état de cette ville qui m’a vu grandir, de la ligne architecturale et urbanistique qu’elle prend, en oubliant son histoire et ce qu’elle est (vous l’aurez compris, je suis amoureuse de ma ville 😻). Le bon côté c’est que Casablanca grandi avec moi, elle apprend de ses erreurs et réapprend de son histoire.

 

À très bientôt par ici !

 

 

 

Alvar Aalto : Architecture, design and nature 🗾

Alvar Aalto : Architecture, design and nature 🗾

Hey there !

Aujourd’hui j’ai décidé de vous parler d’Alvar Aalto, un des architectes le plus important de l’architecture moderne, et surtout qui a marqué l’empreinte de l’architecture et du design nordique et en a influencé plus d’un !

J’ai eu la chance de faire un travail de recherche et d’investigation sur cet architecte ce dernier semestre, ce qui m’a permis de découvrir la fusion de la nature et de l’homme à l’architecture. Les formes telles que celles des fjords des pays du nord, des forêts ou encore de fleurs, dessinent la ligne artistique de l’architecte.

Entre ses oeuvres, étudié dès la première année d’architecture dans le cadre de l’histoire de l’architecture moderne, on trouve la bibliothèque de Viipuri, Maison Carrée ou encore Villa Mairea.

 

 

Mes oeuvres préférés de l’architecte sont celles inspirées des lacs nordiques, telles que la Baker House ou encore the Finnish Pavillon en passant par l’intérieur de la Essen Opera . On voit clairement la courbe des lacs reprise dans le mouvement des bâtiments.

 

 

On retrouve aussi cette forme dans ses créations de vaisselle (une autre de mes nombreuses passions… oups!😅 ). Il travailla aussi avec son épouse Aino Aalto pour developer de la vaisselle, celle-ci quant à elle inspirée d’une goutte d’eau et on la trouve toujours chez iittala.

Quant au vase Aalto ( qui fete ses 80 ans d’ailleurs! ) on le trouve aussi sur Amazon, il est sur ma wishlist depuis plus d’un an… !

 

 

Je ne pouvais pas ne pas citer les lustres Aalto, inspiré de…ruches d’abeilles! Oui oui, une ruche d’abeille en guise de luminaire au milieu de votre salon, why not ?

 

 

See you soon!
xx,

 

 

 

Tokyo : St Mary Cathedral, Kenzō Tange.

Tokyo : St Mary Cathedral, Kenzō Tange.

Hey there !

Le billet que je vous écris aujourd’hui me tient très à coeur ! J’ai eu la chance de visiter la cathédrale de St Mary dans la banlieue de Tokyo, construite en 1961 par le grand architecte moderne Kenzō Tange.

L’entrée de la cathédrale est très soft, le gris de l’acier inoxydable et la grande croix à l’entrée marque le style avant-gardiste de ce lieu religieux. La cathédrale est composée de 8 paraboles hyperboliques qui s’élèvent depuis le sol et marquent une croix latine, avec les ouvertures de lumière sur les côtés. On ne perçoit pas cette plante en croix aussi facilement que dans d’autres églises plus traditionnelles, mais vu d’en haut, on se rend compte de la finesse du travail de l’architecte.

L’intèrieur est à couper le souffle, vraiment impressionnant. L’espace s’élève jusqu’à 39 mètres et est d’une même nuance de couleur du au bêton, qui à un rôle important quant à l’esthétique du lieu.
J’ai visité la cathédrale un dimanche, j’ai eu donc l’opportunité de voir l’édifice dans sa fonction : une messe !  Pour cette même raison je n’ai pas pu prendre de photos de l’intérieur, mais je vous laisse avec des photos trouvées sur le net!

 

Si vous avez l’occasion de passer par Tokyo, n’hésitez pas à visiter cet oeuvre de l’architecture moderne, vous n’en serez pas déçu !

nouvelle-signature