Architecture : Le 13ème // NOTAN Office, Beyrouth

Architecture, Design

Pendant que j’écrivais l’article City Guide sur la ville de Beyrouth, je suis tombé sur cette oeuvre de la main de NOTAN Office, et je ne savais pas si l’inclure dans la liste de base, car étant une habitation privée, elle est invisitable, mais j’ai été tellement touché par la sensibilité et la qualité de cet intérieur, que je ne pouvais pas m’empêcher de lui consacrer un article : so let’s go!

Si vous ne le saviez pas, un des piliers de l’architecture moderne du début de siècle dernier, et défini par Le Corbusier, ce sont les toits-terrassés. Jusque là, la partie supérieure des constructions n’étaient jamais utilisées, nous retrouvons ainsi, par exemple, le toit haussmannien de la ville de Paris. Mais voilà que cette révolution moderne, nous a permi de marcher sur nos têtes, et de pouvoir profiter des terrasses et des vues, souvent à couper le souffle, qui nous entourent.

Le projet du 13ème, de la main du bureau d’architecte bruxellois NOTAN, propose d’habiter la terrasse de l’immeuble, en s’adaptant à sa structure et créant ainsi un appartement ensoleillé, ouvert, et qui donne sur les toits de Beyrouth.
Il est aussi important de rappeler, que dans la capitale libanaise, mais aussi dans le reste du pays, l’eau est stockée dans des réservoirs en haut des immeubles, dans ce cas, les architectes proposent de faire un seul réservoir d’eau commun, au-dessus de l’extension.

C’est un imposant bloqué de béton que nous retrouvons posé sur le haut de cet immeuble, donnant sur toute la ville . Une brutalité architecturale qui s’adoucit grâce aux ouvertures très presente qui font que la ville s’invite à l’intérieur de l’appartement.

 

Quant à l’intérieur, il s’organise autour de deux noyaux centrals où l’on retrouve les zones humides, et de la cuisine a un extrême. La froideur du béton et du sol de marbre blanc trituré se réchauffe avec les détails en bois.

Le mobilier n’ajoute qu’air, espace et légèreté à la pièce : des couleurs neutres et des touches de bois, en plus de la cuisine, étriquée dans son coin, entièrement du même material, donne un aspect noble et qualitatif à l’espace.

 

Le13ème_Plans_and_sections_3

4197-28

 

Jihane Meziane Ghazal

Architecture à Beyrouth (Liban) : que voir?

Architecture, Design

Hello there !

Long time no see, but not forgotten. 

Après une année universitaire bien chargée, j’ai entamé mon été avec quelques jours au Liban, ou j’ai eu la chance de visiter la ville de Beyrouth.

Beyrouth, coeur de tolérance et de multiculturalité, c’est vue reconstruite plus d’une fois dû aux guerres, ce qui a fait de cette ville une oeuvre architecturale historique en soi.

(si vous cliquez sur les titres, vous allez directement vers maps 😉 ) 

Beirut Terraces // Herzog & de Meuron 

L’agence suisse gagnante du prix Pritzker (pour ceux qui ne connaissent pas ce prix, c’est un peu le Nobel ou L’Oscar dans le monde de l’architecture), qu’on ne presente plus, a batti ce gratte-ciel près de Zaytouna Bay sur la corniche de Beyruth. Tel un village à la verticale, un jeu de plateforme laisse place à des terrasses (d’où le nom de l’oeuvre) très légère presque flottante qui invitent l’extérieur à l’intérieur donnant une vue panoramique sur toute la capitale libanaise et sur sa baie.

 

 

Issam Fares Institute // Zaha Hadid 

Au sein de l’Université américaine de Beyrouth (The American Univeristy of Beirut), on retrouve l’oeuvre de l’architecte irako-britannique Zaha Hadid, (gagnante du Pritzker en 2004). Le bâtiment  presque aérodynamique et en mouvement donne en plus une sensation de dureté et de froideur due au béton avec lequel il est batti.
Les détails de la maille dans laquelle se fondent les ouvertures et les fenêtres accentuent encore plus l’esprit de mouvement de l’oeuvre. Il est à la fois impressionnant, de sa hauteur, ses rampes, et ses formes inclinées qui donnent presque la sensation que l’oeuvre tiens là par magie (mais non, ne vous inquiétez pas, en plus d’être une des signatures de l’architecte, les structures et la physique sont bien de son côté aussi, vous ne risquez rien!!! ).

 

 

Beirut Souks // Rafael Moneo

De la main de l’architecte espagnol et détenant lui aussi le prix Pritzker 1996 (ex-eleve mais aussi professeur a la retraite de l’université Polytechnique de Madrid, oui oui, je l’ai déjà croisé dans les couloirs), Beirut Souks vient se placer à l’endroit où l’on trouvait avant la guerre civile les Souk de la ville. Dans la reconstruction de Beyrouth par l’action Solidere, Rafael Moneo a créer ces galeries/ centre commercial, entre espaces à plein air, galeries inspirées par les galeries parisiennes, l’architecte a su réunir modernité et tradition avec la pierre blanche que l’on retrouve dans le reste de la ville.

 

 

USJ Campus de L’Innovation et du Sport // 109 Architects & Youssef Tohmé

109 Architects et YTAA ( Youssef Tohmé Architectes and Associates) tous d’eux des bureaux d’architecture libanais basés à Beirut, se sont unis dans cette oeuvre pour L’Université Saint-Joseph de Beyrouth.
Comme s’il était creusé dans de la pierre, l’oeuvre symbolise par ses ouvertures posées de façon aléatoires les conséquences de la guerre : on retrouve en effet dans la ville beaucoup d’immeuble souffrant des coups des guerres. Des détails de moucharabieh arabe accentuent le jeu d’ombres et de lumières, donnant une touche orientale à l’oeuvre architecturale.

 

 

Aishti Foundation // Adjaye Associates 

Design de la main de David Adjaye, un architecte britannique né en Tanzanie, la galerie a comme but d’unir dans un même endroit fashion et art. Comme sorti du futur, je vous conseille vivement d’y faire votre shopping, vous pourrez profiter ainsi d’un design très qualitatif en flanants entre ses différents niveaux.

 

 

Jihane Meziane Ghazal

 

Architecture à Copenhague, que voir ?

Architecture, Travel

Hello !

Après mon longuissime article sur les 6 choses à faire à Copenhague, je reviens pour parler de l’architecture contemporaine dont regorge la capitale danoise.

Le Danemark est un des noyaux de l’architecture contemporaine, avec à sa tête Bjarke Ingels, ils combinent le meilleur de l’architecture et de l’ingénierie pour réussir une architecture durable et bourrée de sens. Je partage avec vous ma sélection, et ce que j’ai visité pendant mon court séjour, mais il y a beaucoup plus à voir à Copenhague architecturalement !

Bjarke Ingels Group – BIG

Architecte danois, qui a fait ses études à la Royal Danish School of Arts et avec une année d’échange à Barcelone. Il commença par ouvrir son agence avec l’architecte belge Julien de Smedt, PLOT. Il gagna le concours pour la construction des VM Houses qui le fit connaitre et ouvrit après sa propre agence : BIG.

VM Houses // VM Mountain (BIG + JDS )
Formé par des M et des V mis en place de façon a ce que chaque appartement profite du soleil (très apprécié dans les pays scandinave), et de la privacité, avec plus de 80 types différents d’appartements . Il était spécialement connu pour avoir couté 1000euros/m2 à la construction. Plus tard, le projet s’agrandit  avec la VM Mountain, dans le même esprit, mais sur une sorte de montagne/pente ouverte sur la ville.

vm1042614_lJDS_VMTN_-_1JDS_VMTN_-_2

Vous pouvez visiter tout le complexe à cette adresse : Ørestads Boulevard 55 2300 København .

8 TALLET / 8 Houses
En forme de 8, le bâtiment porte très bien son nom. Un ville vivante, formée de commerces et de logement (duplex, penthouse…) connectés par une route interne en hauteur, ouverte sur une plein de verdure. La limite entre le domaine privée, semi-privée, public et semi-public est clairement appréciable. Les hauteurs varient, permettant ainsi à ceux de la partie arrière du “8” une vue dégagée sur la pleine, et une orientation sud-ouest. Je vous conseil vivement d’y passer, et de voir l’explication de Bjarke Ingels lui même (plus bas) !

1231651cd3e2771177f8fb3e017161d9IMG_0568IMG_0570IMG_0571IMG_0575

Pas très loin des VM, voici l’adresse : 8Tallet, 2300 Kobenhavn 

 

LIEBSKIND

Danish Jewish Museum
Liebskind, connu pour le Jewish Museum de Berlin, en a aussi construit (ou plutôt réhabilité) un à Copenhague. Dans un ancien hangar à bateaux du XVII eme, on retrouve l’esprit Liebskind mélangé à l’authenticité du lieu. En y rentrant, on se retrouve dans un espace ou les murs sont inclinés et le sol en pente, nous donnant ainsi l’effet “bateau en mer” qu’on ressenti les juifs fuyant les Nazi vers le Danemark.  Vous y retrouverez l’histoire des juifs qui ont trouvé protection sous le drapeau danois.
Il eut, l’American Architecture Award en 2005.

IMG_0610IMG_0609IMG_0608IMG_0607

D’une pierre deux coup, il se trouve en face du Black Diamond dont je vais parler juste après :Proviantpassagen 6, 1218 København K, Danemark

 

SCHMIDT, HAMMER, LASSEN

The Black Diamond
Projet gagnant du Royal Danish Library en 1993 pour faire une extension de la bibliothèque, un jeu de symétrie et d’asymétrie qui porte bien son nom dû à l’effet coupant et aux reflets des façades : le Black Diamond. L’édifice comprend un pont sous lequel traverse la route. Le toit de ce pont là est décoré par l’artiste danois Per Kirkeby.

IMG_0624diamanten-c-Alastair-Philip-Wiper-12

L’adresse : 1219 Copenhague, Danemark

Autre architecture que j’aurais voulu voir :

  • Lundgaard & Tranberg Architects // Tietgen Dormitory
  • Maritime Youth House // PLOT
  • Klampenborg Housing // Arne Jacobsen

Voilà pour cet article Archi! J’espère que ça vous a donné encore plus de raisons de visiter cette belle ville qu’est Copenhague ! Moi personnellement j’y retournerai avec plaisir !

À très bientôt par ici, et n’hésitez pas à me suivre sur Instagram ici  !

nouvellesignature

Architecture : Casa Huarte, Corrales y Molezún

Architecture

Hey there !

Il y a peu, j’ai eu la chance de pouvoir visiter Casa Huarte, de Corrales y Molezún. Pour ce qui ne s’y conaissent pas en architecture moderne espagnole, Corrales y Molezún sont un des plus grand cabinet d’architecture ayant marqué l’architecture espagnole, ils ont parmi leur oeuvres le Pavillon de Bruxelles,   La vivienda unifamiliar,  La Residencia infalntil Miraflores ou encore le Banco Pastor.

Nous avons donc eu le privilege de visiter la Casa Huarte avec ma classe de projet, qui a été construite par ces architectes en 1966 pour la très grande famille Huarte. Avec plus de 1000m2 construit, on peut  vite s’y perdre! La maison est articulée autour de 3 patios intérieurs, et s’étend sur tout sur le rez-de-chaussée. Néanmoins, deux petits escaliers en forme de escargot, tels des escaliers de bateau, desservent pour l’un, une chambre avec sa salle de bain et son dressing, et pour l’autre une imposante bibliothèque à toit incliné et d’une hauteur de plus de cinq mètres à son point maximal.

dsc_0504dsc_0505dsc_0514

Au niveau de l’architecture, l’horizon marque le rythme des espaces, que ce soit avec la ligne marquant les ouvertures des façades  continuellement avec les patios, ou bien avec ces volumes, comme pesant au-dessus des points de lumière.

Les pièces, ou les atmosphères qui m’ont le plus marqué, sont sans aucun doute le patio de la piscine, où la piscine arrive à la hauteur du ventre. Les bureaux qui donnent sur un des patios, de façon à ce que notre vue soit à ras le sol, et aussi bien sur, la grande bibliothèque.

dsc_0513dsc_0510dsc_0508dsc_0507dsc_0622

Ce qui m’a paru le plus intrigant, c’est l’ampleur de la maison, mais cela est surement dû au fait que l’on  vit très différemment maintenant qu’à l’époque. Une aile avec son entrée pour le service, et presque autant de chambres pour le service que pour les maitres de maison ! Je dois aussi vous avouer que le nombre de salles de bains est incroyable, et toutes avec baignoire !

La maison est actuellement à vendre, pour 5 millions d’euro et a du mal à trouver acheteur. Je pense que cela est dût au fait que la maison a besoin d’une rénovation, elle est très difficile à chauffer et est trop grande pour une famille du XXIème siècle ! Elle devrait être reprise en tant que maison d’hôte, ou même encore séparée en trois maisons, ou plus!

dsc_0647dsc_0644dsc_0642dsc_0633

 

 

 

 


 

Casablanca : on se trompe! et Art Deco

Architecture

Hey vous !

“Casablanca est belle quand on la regarde avec les bons yeux.”

On se retrouve pour parler d’architecture moderne Casablancaise, et cette fois on parle d’un style que j’aime vraiment beaucoup (c’est pour ca qu’il a droit à son article à lui tout seul): l’Art Deco.

J’ai découvert ce style juste avant de commencer mes études, lors d’un voyage à Miami en Floride, où l’on trouve encore les immeubles sur trois étages encore en pleine vie, avec leurs couleurs et leurs lumières : un voyage dans le temps. On a la chance d’avoir notre part d’Art Deco à Casablanca, comment reconnaitre l’art Deco ? des bâtiments à allure de paquebot, fenêtres hublot ou carrés, casquetes sur les ouvertures, verrières, le refus de l’angle droit pour des formes plus arrondies,  et surtout un fronton sur les façades !

Je partage avec vous tout d’abord des photos que j’ai prises dans le centre ville extramuros de la capitale économique. Plus bas, vous trouverez des images de Casablanca dans les années 20, apogée de l’art Deco.

Je m’attarde  tout de même sur l’Hôtel Anfa, qui a connu une conférence entre le président des États-Unis, Franklin Roosevelt , le Premier ministre britannique, Winston Churchill, et de Gaulle, en 1943, à fin de se préparer pour la WWII. Un des nombreux bijoux historiques en plus d’architecturales qui c’est malheureusement vues se détruire après l’indépendance du Maroc, qui a eu comme conséquence supprimer toutes constructions françaises faite durant le Protectorat.

ABD_5221ABD_5265ABD_5266ABD_5273ABD_5276

 


 

 

Hôtel Anfa

3966 Les secrets de Anfa Hotel

 

 

Je finis ce billet en vous disant que tous ceux qui passent par Casablanca, passe acoté de ce qu’est réellement Casablanca. Les touristes se trompent, les Marocains se trompent et les Casablancais se trompent. Il est important que l’on développe une conscience urbanistique et culturelle, qu’on apprenne à regarder notre ville, et qu’on la respecte. C’est des fois désolant de voir l’état de cette ville qui m’a vu grandir, de la ligne architecturale et urbanistique qu’elle prend, en oubliant son histoire et ce qu’elle est (vous l’aurez compris, je suis amoureuse de ma ville 😻). Le bon côté c’est que Casablanca grandi avec moi, elle apprend de ses erreurs et réapprend de son histoire.

 

À très bientôt par ici !

 

 

 

Casablanca: modernité avant tout !

Architecture

Hello hello !

Les casablancais ne se rendent pas compte du patrimoine architecturale dont regorge notre ville. On se centre surtout sur des zones nouvelles, un peu plus “uppées”. On se sent casablancais sans connaître le vrai Casablanca, le beau Casablanca. Pour pouvoir voir ca, il faut s’aventurer dans des quartiers un peu plus populaires, comme le centre ville. Construit durant le protectorat français dans les années 1900,les architectes et urbanistes français voulaient faire de Casablanca une capitale moderne : “by the end of the century, French North Africa will be the United States of today, with Casablanca stepping into the shoes of New York” ,   écrit le General d’Amade en 1928.

Le centre ville, ou la ville nouvelle dans le temps,  est fait d’architecture néoclassique et néo-mauresque, de l’Art Nouveau avec des touches plus françaises ou plus orientales. De beaux immeubles blancs, avec leurs logias, balcons, et passages couverts. Des façades à moulures, des portes marbrées, et des hauteurs sous plafond à couper le souffle : si seulement on pouvait s’inspirer de ca dans le “nouveau” Casablanca! Malgré le fait que le quartier ait été mal entretenu, il a connu une troisième vie après l’installation du tramway, qui a rendu l’avenue Mohamed V entièrement piétonne (aux grand plaisir de nos petites jambes).

On trouve deux style bien distinct,tout deux inspiré de l’Art Nouveau, le néoclassique et le néo-mauresque. Le néoclassique vous le reconnaissez facilement : les façades sont ornées de décorations florales ou encore de médaillons et de colones classiques.

 

ABD_5204ABD_5207ABD_5218ABD_5223

 

ABD_5229ABD_5253

 

 


Quand au néo-mauresque, c’est un style proche du néoclassique toujours inspiré de l’Art Nouveau  mais avec une touche plus orientale : des azulejos et des formes beaucoup plus géométrique ! On retrouve aussi dans ces façades de la couleur, des tuiles vertes et du jaune sur les moulures géométriques.  On peut observer plus bas, l’état des immeubles non entretenus, qui méritent amplement d’avoir une seconde vie. On observe d’ailleurs la différence avec le néoclassique : les portes et les colones sont plus carrées, les logias et les balcons sont arqués: un style plus arabe qui rappelle le style que l’on trouve en Andalousie.

ABD_5199ABD_5216ABD_5219ABD_5224ABD_5254

 

 

On voit ci-dessus l’Hotel Lincoln en reconstruction, et a sa droite l’hotel dans ses meilleurs moments ! On espère revoir ce chef d’oeuvre architectural et historique dans notre belle capitale!

Dans mon prochain billet on continuera sur une lignée tout aussi architecturale que casablancaise ! See you there!

 

 

Architecture : top 5 de Riads marocains

Architecture, Design

Hello hello !

L’idée initiale était de faire un article sur les piscines de Riads marocains, et puis ça a dérivé sur une sélection de Riads… je restait sur ma soif avec les piscines !

Un riad est une maison traditionnelle marocaine, originalement trouvées dans les médinas. C’est une architecture construite vers l’intérieur, la façade externe ne sert que de limite, les ouvertures se font autour d’un patio. Actuellement au Maroc, on trouve beaucoup de Riyad revisité en maison d’hôtes ou en hôtel, ce qui rend votre séjour beaucoup plus authentique.

J’ai fait une sélection de Riyad de style très different. Du moderne revisité au pur traditionnel beldi, et de Fès à Essaouira en passant par Marrakech : mon top 5.

Let’s go !

5. Riad Salam, Fès
Le riad marocain par excellence. On y trouve l’artisanat marocain pur : de la mosaïque, de la yeseria (les moulures de plâtre arabe), du bois sculpté au plafond, et des cristaux de couleurs. Et avec une belle piscine bleue qui rend le séjour à Fès beaucoup plus agréable.
PS : on-y mange vraiment très bien !

3918438_28_zriad-salam-fezriad-salam1

4.  Dixneuf la Ksour, Marrakech
Dans un style beldi ( traditionnel) mais beaucoup plus soft : le travail du bois et les colonnes nous rappellent que oui, nous sommes bien dans un riad en plein milieu de la médina de la ville rouge même si les gammes de couleurs restent beaucoup plus tendres à la vue !

142384301776300217763991

3. Riad Edward, Marrakech
Un mix entre le Riad Salam de Fès et le Dixneuf la Ksour : le patio et les zones communes sont très colorés, mais les chambres restent dans des tons plus suaves !

306725273067275630907693

2. Riad Dar Maya, Essaouira
Un riad moderne au coeur de la jolie ville d’Essaouira (mon billet sur Essaouira c’est ici). Dans les tons blancs sur des murs de tadelakt naturels  (technique marocaine de recouvrement des murs), ce Riad est pour moi un petit bijou de paix et de sérénité en plus de sa proximité de l’océan, que l’on ne refuse pas en été !

153237561546322615463486

1. Le Riad Berbère, Marrakech 
Mon préferé, sans aucun doute ! ( rien à voir avec mes origines, non non…🙆🏻) Je trouve que ce Riad sort de l’ordinaire, et montre un face de l’art berbère marocain qu’on ne trouve pas souvent : de la simplicité. Des salons à même le sol, des tapis Amazighs… ces détails qui font de cet endroit le reflet de la diversité culturel et artistique au Maroc !

descargariad+berbere+2V0A24992015riad+berbere+2V0A30132015-HDR-Edit

À très bientôt, toujours par ici !

 

 

 

Alvar Aalto : Architecture, design and nature 🗾

Architecture, Design

Hey there !

Aujourd’hui j’ai décidé de vous parler d’Alvar Aalto, un des architectes le plus important de l’architecture moderne, et surtout qui a marqué l’empreinte de l’architecture et du design nordique et en a influencé plus d’un !

J’ai eu la chance de faire un travail de recherche et d’investigation sur cet architecte ce dernier semestre, ce qui m’a permis de découvrir la fusion de la nature et de l’homme à l’architecture. Les formes telles que celles des fjords des pays du nord, des forêts ou encore de fleurs, dessinent la ligne artistique de l’architecte.

Entre ses oeuvres, étudié dès la première année d’architecture dans le cadre de l’histoire de l’architecture moderne, on trouve la bibliothèque de Viipuri, Maison Carrée ou encore Villa Mairea.

 

 

Mes oeuvres préférés de l’architecte sont celles inspirées des lacs nordiques, telles que la Baker House ou encore the Finnish Pavillon en passant par l’intérieur de la Essen Opera . On voit clairement la courbe des lacs reprise dans le mouvement des bâtiments.

 

 

On retrouve aussi cette forme dans ses créations de vaisselle (une autre de mes nombreuses passions… oups!😅 ). Il travailla aussi avec son épouse Aino Aalto pour developer de la vaisselle, celle-ci quant à elle inspirée d’une goutte d’eau et on la trouve toujours chez iittala.

Quant au vase Aalto ( qui fete ses 80 ans d’ailleurs! ) on le trouve aussi sur Amazon, il est sur ma wishlist depuis plus d’un an… !

 

 

Je ne pouvais pas ne pas citer les lustres Aalto, inspiré de…ruches d’abeilles! Oui oui, une ruche d’abeille en guise de luminaire au milieu de votre salon, why not ?

 

 

See you soon!
xx,